Province Sidi Bennour

Province Sidi Bennour

Province Sidi Bennour

1- Artisanat
L'artisanat constitue un secteur important de l'économie de la province. Ceci s'explique par l'importance des effectifs qu'il occupe. Deux composantes essentielles structurent le secteur : l'artisanat utilitaire et l'artisanat de service qui englobe tous les petits métiers de travaux et services qui ne requièrent pas de hautes qualités à  savoir la coiffure, la mécanique,   la maçonnerie, la peinture de bâtiment et les travaux d’entretien et               de réparation.
L’activité artisanale dans la province de Sidi Bennour se caractérise par l'absence de l'esprit coopératif, son concours à l'essor de l'économie de la province demeure faible, en dépit de ses énormes potentialités dont la valorisation permet sans doute de développer ce secteur
Au niveau coopératif, la Province comptabilise 10 coopératives artisanales dans différentes corporations dont le nombre d’adhérents            est  de  198.

Métiers

Nombre de         Coopératives

Localités

Tissage Traditionnel

2

Od Sbita, Bni Hlal, Od Boussaken

Broderie Couture

7

Sidi Bennour

Poterie

1

Lgharbia , Jabria

Ferronnerie

-

Zemamra, Sidi Bennour, Beni Hlal

Menuiserie

-

Sidi Bennour, Zemamra

 
Toutefois, le secteur de l’artisanat demeure confronté à diverses difficultés liées notamment à l’insuffisance des infrastructure, la commercialisation, le manque de la main-d’œuvre qualifiée, l’absence de communication entre les artisans outre la carence en matière de formation et de la formation continue.

En vue de requalification du secteur, plusieurs actions doivent être entreprises

  • L’amélioration des conditions de travail de l'ensemble des artisans
  • Le renouvellement et la modernisation de l'outillage collectif des artisans organisés en coopératives.
  • Appuyer la formation professionnelle, à travers le développement de la formation résidentielle et par apprentissage.

Formation par apprentissage
Ce mode de formation professionnelle se déroule, principalement,      en entreprise. L’apprentissage comprend une formation pratique, d’au moins 80 % de sa durée globale en entreprise, complétée, d'au moins de 10 % de cette durée ; par une formation complémentaire générale et technologique.
Ce mode de formation cible principalement les métiers d'art et de production (métaux – bois - tissage)

Effectif des lauréats

Année

71

1ère convention

118

2ème convention

79 (28 en cours de formation)

2010-2012

268

Total

.

  N.B : 172 apprentis sont inscris sont inscrits au titre de l’année 2011-2013.
      Les futurs projets programmés dans le secteur de l'artisanat dans la province sont :

  • Création d’un village d'artisans à la commune urbaine de Zemamra.
  • La modernisation du secteur de la poterie à la commune rurale Gharbia.                      

   A signaler que dans le cadre de l’INDH les femmes de la  coopérative « Al-wifak » ont bénéficié d'une dotation de 100 Milles Dirhames au titre de l’année 2011 pour l’achat des  machines à tricoter à coudre.

 

2- Investissement :


Après l’examen des différents secteurs productifs du territoire, il s’est avéré que le choix  d’implantation d’un projet d’investissement dépendait intimement de l’existence d’une structure d’accueil pertinente, c’est la raison pour laquelle on trouve que le nombre d’unités industrielles et la diversité des créneaux de valorisation restent très limité.


Répartition des Projets d'Investissement par Province au niveau de la Région


PROVINCES

PERIODE 2002-2011

Safi

442

El-Jadida

515

Youssoufia

21

Sidi Bennour

30

 

       

 Ventilation du nombre de projets d'investissement par secteur d'activité



Pour l’incitation à l’investissement, qui vise à promouvoir l’attractivité et optimiser la compétitivité  de la province en matière des investissements économiques, il faut impérativement, mettre en place des mesures d'encouragement en faveur des investisseurs pour qu'ils puissent contribuer à la promotion de l’emploi et par voie de conséquence le développement de la province :

    • Fournir une infrastructure d'accueil apte à abriter les projets, soit par la réalisation d'un village de locaux professionnels, ou bien l'aménagement du parc industrie
    • Accompagner et d'assister les investisseurs, désirant réaliser des projets industriels ou de service liés à l’industrie.

    3- Industrie :


    Le secteur industriel dans la province de Sidi Bennour demeure encore dans sa phase embryonnaire, et se caractérise par :

    • l’absence des zones industrielles et des zones d'activités économique
    • la faiblesse des initiatives privées.

     A part l’implantation de l’usine de la sucrerie des Doukkala  qui constitue la plaque tournante de l’économie de cette région, la majorité des projets industriels consistent en de micro unités de production, ou des ateliers.
    A signaler que la création récente de la zone industrielle à Zemamra   va permettre de créer une pépinière des jeunes promoteurs et de recaser les ferronniers qui sont très expérimentés dans la fabrication des carrosseries de camions.
    Toutefois l’agroalimentaire peut être considéré comme étant une niche stratégique pour le développement économique dans la province et offre encore de larges opportunités d’investissement notamment dans les filières de la production animale et laitière.
    Les industries agroalimentaires jouent ainsi un rôle prépondérant pour la valorisation de l’agriculture régionale dont elles assurent les débouchés, et également un rôle essentiel en matière d’aménagement équilibré du territoire et de développement économique avec la création d’emplois durables peu soumis aux risques de délocalisation.

    • La Sucrerie des Doukkala

    Construite par des Français le 14 juillet 1968 sous la  dénomination           « Société  Anonyme  de  la  Sucrerie  des Doukkala », elle a démarré  le 11 mai 1970 avec une capacité de traitement de 2400 tonnes de betteraves / jour, la capacité actuelle étant de 15000 tonnes.
    La Sucrerie des Doukkala s’étend sur une superficie de 80 Ha (superficie de l’usine plus une exploitation de culture de betterave propre à l’usine et les  bassins  de  décantation).
    La production moyenne  annuelle de la sucrerie s’élève à 1.200.000 tonnes de sucre  (sucre blanc en granulé et du pain de sucre).

    Aperçu Historique

    Année

    Etapes

    1968

    Construction

    1970

    Démarrage

    1986

    Entrée dans le groupe ONA

    1993

    Fusion avec la sucrerie des Doukkala avec celle de Zemamra par la COSUMAR

    2003

    Certification ISO 9001, version 2000 de la  sucrerie de Sidi Bennour.

    2005 / 2006

    Extension de la sucrerie à 15000 Tonnes Betteraves/Jour et concentration du traitement betterave à Sidi Bennour. Le site de Zemamra sera un centre de conditionnement de sucre.

    2007

    Lancement de la démarche de mise en place d’un système de management intégré Qualité – Santé et Sécurité au travail – Environnement.

    Importance Economique
    La sucrerie des Doukkala contribue de manière substantielle                    à l'amélioration des revenus des producteurs betteraviers dont                          le   nombre s'élève à 22 000, ainsi que le développement socio-économique                    de la région en générant des revenus et des emplois :

    • 2,2 Millions de journées de travail dans les exploitations agricoles
    • 240 emplois permanents et 20 000 journées de travail/an sur le plan industriel
    • 150 000 journées de travail/an, dans la logistique d'approvisionnement de l'usine en betterave à sucre, sans compter les emplois indirects (restauration, prestations…).

    L'activité sucrière participe aussi de manière directe à la dynamisation et au développement du secteur de l'élevage par la production de 60 000 tonnes de pulpe sèche et 200 000 tonnes de feuilles de betteraves utilisées comme aliment de bétail.

Météo El Jadida © meteocity.com